BannièreWix-Urgence.jpg

En cas d’urgence

Lorsqu’une personne présente un danger immédiat pour

elle-même ou pour les autres, la priorité est la sécurité  de tous.

Par exemple: 

  • Une tentative de suicide est en cours ;

  • Une personne dit qu’elle va tenter de mettre fin à ses jours dans les prochaines heures ;

  • Une personne fait des menaces concrètes de violence ;

  • Une personne est violente envers une autre personne ;

  • Vous sentez que votre sécurité est menacée ;

  • Une personne est victime ou commet de la violence conjugale ;

Qu’est-ce qu’une crise?

Une crise est un important épisode de détresse psychologique qui peut s’installer de façon progressive ou de façon soudaine et inattendue. Dans certains cas, elle peut être déclenchée par une situation de vie difficile comme une rupture amoureuse, la perte d’un emploi, un deuil, des problèmes financiers, etc. Elle peut se manifester de plusieurs façons : par une crise de panique, des symptômes d’anxiété intenses, des symptômes psychotiques, un délire ou, encore, par une crise suicidaire. La crise peut également se produire chez une personne qui n’a pas problème de santé mentale connu.

Que faire en cas de crise?

Si une personne est en crise, mais ne représente pas un danger imminent pour elle ou les autres, plusieurs pistes d’interventions sont possibles. Mais il faut toujours garder en tête que si elle représente un danger imminent, contactez les services d’urgence en composant le  9-1-1.

Si une personne est en crise et accepte de l’aide :

  • Encouragez-la à contacter un centre de crise pour obtenir un soutien immédiat et une aide pour désamorcer la crise. Les centres de crises sont ouverts en tout temps (24h/jour, 7 jours/semaine) et pour tous. Pour une liste des centres de crise du Grand Montréal, cliquez ici

  • Encouragez-la à se rendre au centre d’accueil psychosocial du CLSC le plus près de chez elle: il s’agit souvent de la porte d’entrée vers les services publics et communautaires en santé mentale.

  • Encouragez-la à se rendre à l’urgence psychiatrique ouverte 24h par jour et 7 jours par semaine dans un centre hospitalier. La personne peut également contacter les services ambulanciers pour s’y rendre.

  • Encouragez-la à consulter un psychologue, pour une liste de services psychologiques adaptés aux revenus, cliquez ici  et pour consulter l’ordre des psychologues du Québec, cliquez ici

  • Encouragez-la à consulter un médecin.

Si la personne est en crise et refuse de l’aide :

  • Tentez de convaincre votre proche d’aller chercher les ressources dont il a besoin.

  • En dernier recours, il est possible d’obtenir une ordonnance d’évaluation psychiatrique P-38 contre le gré de votre proche. Ceci est une option à utiliser avec beaucoup de précautions. Si cette option est mise de l’avant, cela peut générer des conséquences importantes sur la dynamique familiale et avec l’entourage. Si vous souhaitez avoir davantage d’information sur la P-38, appelez Arborescence, votre CLSC ou un centre de crise.

Et les proches?

Les crises peuvent être très difficiles pour les proches qui peuvent se sentir impuissants, ou encore vivre de la frustration et de l’épuisement.

Arborescence est là pour vous aider à voir clair dans ces circonstances. N’oubliez pas que prendre soin de vous, vous permettra de préserver votre santé mentale et d’être dans de meilleures dispositions pour aider votre proche.